‹ Retour

Une Europe unie qui devienne le premier continent vert

Un Livret E environnemental européen


Grâce à ce livret, nous serons en mesure de d’
investir 200 milliards d’euros pour financer de grands projets environnementaux et d’avenir en Europe:  un plan hydrogène, la rénovation thermique ou de nouvelles techniques de sélections végétales.

 

Mieux géré que le livret de développement durable et solidaire (LDDS) français qui doit continuer d’appuyer les PME, ce livret E représentera un placement stable et rémunérateur dans lequel les européens sauront que leur argent finance leur avenir et celui de leurs enfants.  

 

Lancer une croisade verte contre le continent plastique


L’Europe produit 26 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année et nous n’en recyclons aujourd’hui qu'environ 30% : il faut dire stop !

 

Le plastique doit être remplacé, dès que possible, par des matériaux biodégradables. Pour les plastiques que l’on ne peut remplacer, ils doivent impérativement être recyclables, ce qui implique d’agir à deux échelles : créer une matière plastique qui recycle en toute circonstance et développer la filière du recyclage en Europe, on ne peut plus se permettre d’exporter nos déchets en Asie !

 

Nous proposons aussi un grand projet fédérateur pour l’Europe : une croisade contre le “continent” plastique, cet immense amas de déchets qui pollue nos océans, trois fois plus grand que la France. L’Europe doit se montrer précurseure et trouver des solutions innovantes pour nettoyer l’océan: il en va de notre santé et de celle de notre planète.

 

Pour manger mieux, un règlement européen contre l’importation d’aliments traités avec des molécules interdites en Europe


L’Union européenne interdit certains pesticides et impose des normes sanitaires et environnementales contraignantes pour nos agriculteurs mais elle autorise dans le même temps l’importation de produits étrangers traités avec ces mêmes pesticides interdits chez nous, à l’image des cerises turques traitées au diméothate autorisées par le Gouvernement français.

 

Nous proposons d’adopter un règlement européen interdisant l’importation sur le sol européen des produits qui ne respectent pas nos règles afin de garantir la santé des européens et de protéger nos agriculteurs de cette concurrence déloyale.

 

Financer la recherche de produits de substitution au glyphosate et au cuivre


Alors que les citoyens européens se préoccupent de plus en plus de ce qu’ils ont dans leur assiette, il  est impératif que l’Europe invente le modèle agricole de demain, durable, sain et assurant une juste rémunération aux agriculteurs.

 

Nous proposons d’augmenter les budgets européens liés à la recherche agronomique et de se concentrer sur 2 projets: l’agriculture de précision qui met les nouvelles technologies au service de nos agriculteurs et les nouvelles techniques de sélections végétales, qui permettent de tirer le meilleur de la plante pour qu’elle se défende seule face aux menaces qui l’entoure.

 

Etiquetage nutritionnel : pour la généralisation du Nutri-Score


L’augmentation de l’obésité est une réalité et nous savons que les mauvaises habitudes alimentaires en sont majoritairement responsables.
Selon l’OMS, l’obésité concerne un enfant sur trois et un adulte sur deux en Europe.

 

Pour lutter contre ce fléau, la France a mis au point son propre système de score nutritionnel: un logo permettant de classer les aliments en fonction de leur composition nutritionnelle. Sur la base du volontariat, le Nutri-Score est affiché par les industriels sur les emballages. C’est un outil ludique et efficace qui permet au consommateur d’identifier rapidement la qualité du produit qu’il achète.

 

Nous proposons que cette réussite française soit généralisée et rendue obligatoire par la réglementation européenne sur l’étiquetage nutritionnel à horizon 2025.



Lancer un plan européen pour l’hydrogène


Trouver le carburant du futur et certainement l’un des enjeux les plus important des décennies à venir. Nous devons lancer un grand plan européen pour l'hydrogène avec l’obligation d’optimiser à 100% l’utilisation des énergies renouvelables et des centrales nucléaires en dirigeant tous les surplus de production vers la production d’hydrogène par électrolyse.

 

Nous devons aussi lancer une politique industrielle de l’hydrogène, mettre notre génie européen au service de la construction du premier avion ou bateau à hydrogène tout autant qu’au développement d’une voiture hybride à l’hydrogène.

 

Pas de deals commerciaux avec des pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris grâce à l’insertion de clauses de sauvegarde

 

Nous ne parviendrons pas à sauver le climat tous seuls de notre côté : à peine 1% des émissions de gaz à effet de serre mondiales sont françaises.  

 

Par contre, l’Europe importe chaque année 1700 milliards d’euros de marchandises, à ce titre elle est suffisamment puissante pour faire pression sur la Chine, l’Inde, les Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Nous proposons l’inclusion systématique de “mesures de sauvegarde spéciale” dans les accords commerciaux que l’UE signe avec d’autres pays, afin de modifier les conditions de l’accord en cas de non-respect des objectifs de l’Accord de Paris pour le climat.

 

Promettre de ne pas signer d’accords commerciaux avec des Etats ne respectant pas l’accord de Paris ne va pas assez loin : l'Accord de Paris n'est pas un accord juridiquement contraignant, rien n'oblige les Etats à respecter leurs engagements.

 

Garantir à nos pêcheurs leurs droits d’accès aux eaux territoriales britanniques


Les pêcheurs français pourraient être les premières victimes économiques d’un « no deal » avec le Royaume-Uni, en se voyant refuser l’accès aux eaux Britanniques. Ils pourraient perdre 30% de leurs revenus : environ 35% des captures françaises sont faites dans les eaux britanniques (soit 110 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017).

 

Nous voulons assurer l’accès aux eaux britanniques à nos  marins-pêcheurs, même en cas de Brexit sans accord. Nous proposons de conditionner cet accès à une liberté d’accès à notre espace aérien européens pour les avions appartenant à des groupes britanniques.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.OK